Espace Ophtalmologistes

2016 Rentrée universitaire : 10 postes en moins pour l’ophtalmologie ! Le SNOF tire la sonnette d’alarme.

<c1374f4b-9d23-40b5-8cd2-4e2d1100befd@augure.jpg>

Alerte presse du 19/07/2016

 

# ECN / #ophtalmologie / #santé / #délais d’attente / #accès aux soins

 

Rentrée universitaire 2016 :

 10 postes en moins pour l’ophtalmologie !

 Le SNOF tire la sonnette d’alarme.

 

Thierry Bour, Président du SNOF (ophtalmologistes) : « Comment comprendre cette décision contre-productive pour l’accès aux soins des patients et en totale incohérence avec le travail mené jusqu’à aujourd’hui pour réduire les délais d’attente ? La délégation de tâches auprès des orthoptistes, modèle que nous déployons de manière volontariste sur l’ensemble du territoire pour optimiser les parcours de soins et mieux répondre aux besoins, n’a de sens que si elle est combinée à un renouvellement des effectifs de médecins ophtalmologistes. »

 

Paris, le 19 juillet 2016 – Le nombre d’internes en ophtalmologie a été revu à la baisse avec seulement 149 postes pour la rentrée 2016, soit 10 de moins par rapport à l’année précédente. Thierry Bour, Président du Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF), s’indigne de cette décision des pouvoirs publics. Rappelons que la spécialité d’ophtalmologie est celle qui connaît les délais les plus importants, avec plus de 100 jours d’attente en moyenne en raison de la pénurie de praticiens. Pour Thierry Bour, « L’accès aux soins doit être une priorité. La santé visuelle des patients est mise en danger par le déficit d’ophtalmologistes sur l’ensemble du territoire ».

 

Thierry Bour, Président du SNOF, Syndicat National des Ophtalmologistes de France, explique :

« Chaque année, de 200 à 250 ophtalmologistes partent à la retraite. Si seuls 150 sont formés, cela représente un déficit supplémentaire d’environ 100 praticiens chaque année. Quelle spécialité médicale peut survivre à une telle pénurie organisée ? Pour répondre aux besoins croissants de la population en matière de soins visuels, il est impératif de sanctuariser les postes en ophtalmologie et même de les augmenter, en ouvrant enfin des terrains de stage en ophtalmologie libérale. Nous le demandons depuis des années. »

 

Vidéo explicative - La pénurie d’ophtalmologistes en France, cause n°1 des délais d’attente :

 

<e6569125-ac47-4d22-9f26-d8f63d05586b@augure.jpg>

https://www.youtube.com/watch?v=ImBYmZggqrg

 

Thierry Bour analyse :

« Le SNOF est d’autant plus furieux que l’ophtalmologie est la spécialité la plus en tension, avec les délais de rendez-vous les plus longs. Malgré nos demandes réitérées depuis 15 ans d’augmentation franche des postes en ophtalmologie, nous sommes toujours en sous-attribution chronique, par rapport aux autres spécialités. Nous avions observé une légère amélioration des chiffres depuis 2 ans, mais cette nouvelle baisse vient ruiner nos espoirs de parvenir un jour à l’équilibre des soins entre offre et demande. Et pourtant ce ne sont pas les vocations qui manquent : l’ophtalmologie est l’une des trois spécialités les plus demandées à l’Epreuve Classante Nationale ».

 

Récapitulatif des postes ouverts à l’ophtalmologie lors des ECN (épreuves classantes nationales) des 5 dernières années

 

2016

149 (-10)

2015

159

2014

150

2013

130

2012

123

 

Thierry Bour rappelle en outre les efforts considérables réalisés par la profession ces dernières années :

« Les ophtalmologistes se sont mobilisés massivement ces dernières années pour agir sur les délais d’attente et tenter d’offrir le meilleur accès aux soins pour tous. Plus d’1/3 des cabinets ont déjà mis en œuvre le modèle de délégation de tâches avec les orthoptistes, un chiffre qui ne cesse de progresser. Mais le succès de cette mesure est indissociable de l’augmentation concomitante des effectifs de médecins ophtalmologistes : ces derniers restent indispensables comme référents et pivots de l’organisation de la filière. Si leur nombre est insuffisant, toute l’organisation sera vaine et en incapacité de répondre aux besoins de santé publique. ».

 

www.SNOF.org